Nouvelles Régles d'Arbitrage

Expérimentation des règles d'Arbitrage 2013/2016

Nouvelles règles d'arbitrage

 

La Fédération Internationale de Judo vient de rendre publiques les modifications du règlement des compétitions

ainsi que celles des règles d’arbitrage pour l’Olympiade 2013-2016.

L’ensemble des propositions faites et validées par le Comité Exécutif de la FIJ, sur la base de l’avis de nombreux experts internationaux,

fera l’objet d'une phase d’expérimentation, à partir du Grand Chelem de Paris les 9 et 10 février 2013,

 jusqu’aux Championnats du Monde de Rio (inclus) 26 août au 1 septembre.

 

Les règles de compétition expliquées avec explications / Propositions 2013 – 2016
Extraits
_____________

Cadets – U 18

3 années cadets (cette proposition peut être modifiée) Kansetsu Waza autorisés pour les Cadets

Pourquoi ?
Afin d'harmoniser les classes d'âge, avec entre autre des événements tels que les Jeux Olympiques de la Jeunesse, trois années ont été prévues pour les cadets.

En fonction des analyses qui pourront être faites de ce changement (particulièrement sur l'impact médical), la proposition pourra être modifiée.
Les cadets étant à la veille, pour beaucoup d'entre eux, d'une carrière internationale, il parait évident de leur permettre de pratiquer les clés de bras, afin de les préparer à l'entrée chez les juniors. En effet, dès leur passage chez les juniors, les athlètes pourront déjà participer aux compétitions seniors. Il leur faut donc être prêts.
_____________

Juniors - U 21

3 années Juniors (décalées avec 1 an de plus).

Pourquoi ?
Pour harmoniser les catégories d'âge.
_____________


Valeurs des techniques

IPPON : donner plus de valeur « ne prendre en compte que les techniques ayant un réel impact au sol sur le dos».

Pourquoi ?
Par définition, le ippon est une projection effectuée avec force, rapidité, contrôle et sur le dos. Un retour à cette définition sera observée, afin de donner une réelle valeur à l'objectif de tout compétiteur: marquer ippon. Le judo est un sport spectaculaire dès lors que le but est clairement défini.

___________

Chute en “pont”

Toutes les situations avec une chute en « pont » seront considérées comme Ippon.

Pourquoi ?
Les tentatives de chute en pont pour éviter d'être projeté, sont considérées comme des techniques dangereuses pour la santé.

A ce titre, toute tentative de chute en pont (de la part de UKE qui subit le mouvement) attribuera ippon à TORI (celui qui a exécuté la technique de projection).

___________

Pénalités

Pendant le combat il pourra y avoir trois Shidos, le quatrième sera pénalisé par Hansokumake (trois avertissements suivis d’une disqualification).

Shido n’accorde pas de points à l’adversaire, seuls les points techniques seront affichés sur le tableau.

A l’issue du combat, en cas d’égalité de points, le compétiteur ayant le moins de Shido gagne.

Si le combat continue en golden score (à cause d’une égalité parfaite), le premier à recevoir un Shido perd,

ou le premier qui réalise une technique comptabilisée gagne.

Pourquoi ?
Afin d'éviter qu'un nombre de plus en plus grand de compétiteurs ne cherche à gagner par le jeu des pénalités et afin de redonner la prépondérance aux scores obtenus par des techniques de judo, la philosophie des pénalités change totalement. Les pénalités existent toujours et au bout de quatre pénalités, il y a disqualification, comme cela était le cas jusqu'à présent. En revanche, il n'y a plus de parallèle et d’équivalence entre les scores (yuko, waza-ari) et les pénalités. L'avantage est donné au combattant qui attaque et qui marque. Par contre, si rien n'est inscrit (aucun avantage), celui qui aura le moins de pénalités gagne. Une fois de plus, cela donne l'avantage au compétiteur qui aura tenté le plus et qui aura le moins pratiqué d'anti-judo. un judo négatif

____________

Seront pénalisés avec shido:

- Rompre la saisie avec 2 mains est interdit.

- La garde croisée doit être suivie par une attaque immédiate. Même règle pour la saisie de la ceinture ou pour une saisie avec les deux mains du même côté.

- Les arbitres doivent strictement pénaliser les combattants qui ne s’engagent pas en Kumi kata rapide ou qui essayent de ne pas être saisis par l’adversaire

- Il est interdit de ceinturer l’adversaire pour projeter (prise de l’ours).

Pourquoi ?
Le travail de saisie du judogi fait partie intégrante d'un combat de judo. Chercher la meilleure saisie pour effectuer des techniques est logique et nécessaire. Il ne l'est pas, en revanche, d'empêcher l'adversaire de saisir s'il n'y a pas de constructions d'attaque immédiatement après. Récemment, il a été constaté que le travail de blocage était devenu prépondérant dans beaucoup de combat, aboutissant à des matchs long et ennuyeux. Les décisions qui ont été prises ont donc pour objectif de corriger cela. Le but n'est pas d'empêcher le travail de prise de garde, mais au contraire de le rendre actif et constructif.

____________

Seront pénalisés avec Hansoku-make :

-Toute attaque ou blocage avec une ou deux mains ou avec les bras en dessous de la ceinture en Tachi Waza

Pourquoi ?
L'objectif du judo, comme cela a été rappelé est simple: marquer ippon. Pour cela, il existe beaucoup de possibilités, qui font du judo un sport spectaculaire mais néanmoins technique. Une plus grande clarté est nécessaire pour le rendre plus compréhensible par les judokas eux-mêmes, pour le rendre plus aisé à arbitrer, mais aussi pour le rendre plus abordable par le public. Les saisies directes aux jambes ont été bannies du judo de compétition depuis quelques années, et les effets s'en sont rapidement fait sentir, avec la disparition de quelques techniques au profit de la réapparition de mouvements spectaculaires qui avaient disparu. La position des combattants a évolué positivement. L'exception faite aux saisies directes en cas de garde croisée rendait pourtant le jugement parfois compliqué malgré l'intervention de la vidéo. A ce titre, toute saisie en dessous de la ceinture, lors du travail debout, sera désormais sanctionnée par Hansokumake,( disqualification) sans exception.

____________

Osae-Komi, Kansetsu Waza et Shime Waza

- Osae-Komi continuera également en dehors de la zone de combat, à partir du moment où elle a été engagée à l’intérieur de cette zone.

- Osae-Komi : 10 secondes pour Yuko, 15 secondes pour Waza-Ari et 20 secondes pour Ippon.

Kansetsu Waza et Shime Waza réalisés à l’intérieur de la zone de combat et reconnus comme efficace sur l’adversaire seront maintenus, même en cas de sortie de la zone de combat.

Pourquoi ?
Un manque de cohérence existait du fait qu'une action debout pouvait commencer à l'intérieur de l'aire de combat et se terminer à l'extérieur (avec prise en compte du score), mais que cela n'était pas valable pour le travail au sol. Désormais, une immobilisation commencée à l'intérieure pourra se conclure à l'extérieur. Il faudra donc se défaire de l'immobilisation pour obtenir l'arrêt de celle-ci. Une simple sortie de l’aire de combat ne suffira pas. Il en va de même pour les clefs de bras et les étranglements. A partir du moment où ceux-ci seront clairement engagés à l'intérieur de l'aire de combat (bras tendu, étranglement engagé), la conclusion pourra avoir lieu à l'extérieur. Si le bras n'est pas tendu ou s'il n'y a pas encore étranglement, il y aura arrêt de l'arbitre en cas de sortie.
Le temps d'immobilisation est réduit, afin de rendre les combats plus dynamiques. En effet, ce sont les 10 premières secondes d'une immobilisation qui sont les plus importantes. Dans la majeure partie des cas, après 10 ou 15 secondes, il y a peu de sorties et souvent abandon de celui qui est immobilisé.

____________

Le Salut

Lorsque les combattants entrent sur le tatami, ils doivent se diriger ensemble vers l’entrée de la zone de combat et effectuer le salut en même temps dans la zone de combat. Les combattants ne doivent pas se toucher la main AVANT de commencer le combat.

Pourquoi ?
Le judo est un sport dont les valeurs de respect sont connues et reconnues. Il existe en judo un cérémonial qui est accepté de tous et qui fait partie de l'ADN de notre sport. Celui-ci doit être respecté. Il est le symbole de notre code moral et prévient toute dérive. C'est pourquoi, il sera demandé aux combattants de respecter le salut tel qu'il a été défini dès l'invention du judo et de ne pas manifester l'entrée dans un combat par d'autres signes que le salut. En fin de combat, après le salut, les combattants sont autorisés à se serrer la main et à se congratuler avec respect.

____________

Durée de combats

-Aucune limite de temps pour le Golden Score (Hanteï est supprimé).

Pourquoi ?
Récemment, il a été constaté que beaucoup trop de combats se terminaient au golden score, avec décision aux drapeaux des arbitres. A l'approche de la décision, certains combattants s'en remettaient même à cette décision pour se départager, alors que l'objectif du judo reste et restera de marquer ippon, ou tout au moins de marquer un avantage qui permette de faire la différence. Afin d'éviter ces cas trop nombreux, la suppression de la décision aux drapeaux (Hanteï) a été actée. Le golden score sera désormais 'ouvert' jusqu'à ce qu'un combattant marque un avantage ou qu'il soit pénalisé, la décision se faisant uniquement sur la valeur technique des judokas.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×